Le plan de relance de l'OL passe par la Coupe

Il y a 1 semaine 16

"Le mental n'est pas bon". Au moins, Rudi Garcia est lucide sur la dynamique que connaît son équipe actuellement. Avec un seul succès sur les cinq derniers matches de championnat, et une chute inévitable de la première à la quatrième place, il va sans dire que l’Olympique Lyonnais connaît une série plus que négative. Au milieu de tout ça, la Coupe de France apparaît comme une opportunité d’éclaircie, et le huitième de finale face au Red Star comme un possible tournant dans la fin de saison lyonnaise.

Une qualification et un match plein sonneraient comme une possible reprise de la marche en avant. Une élimination ferait très tâche, et instaurerait un doute encore plus gros au sein de l'OL. Pour s’éviter le second scénario, l’entraîneur des Gones Rudi Garcia peut se rassurer en se disant que jusque-là, les deux tours de Coupe, face à des équipes de Ligue 2 à chaque fois, n’ont été qu’une formalité pour ses joueurs : 5-1 contre Ajaccio, puis 5-2 contre Sochaux. 10 buts en deux matches, soit autant que sur les sept dernières rencontres de l’OL en Ligue 1.

Récital de Cherki et show offensif : l'OL a fini par faire plier Sochaux

Coupe de France

Au Red Star, un cours d'histoire avec un maillot de foot

IL Y A 9 MINUTES

Une attaque qui boite, et avec des absents

Face aux pensionnaires de National 1, l’attaque boiteuse dont le capitaine en souffrance Memphis Depay est l’exemple parfait devrait pouvoir retrouver de l’allant, et le chemin des filets, pour retrouver la confiance qui faisait sa force à l’hiver. L’entraîneur rhodanien y compte bien : "Il faut retrouver de l'efficacité devant le but. On doit arrêter de faire flamber les gardiens adverses.."

Depay et Slimani régalent, Cherki s'illustre : Lyon s'est fait plaisir contre Ajaccio

Ce sera cependant sans plusieurs joueurs importants, comme l’a rappelé l’entraîneur lyonnais en conférence de presse d’avant-match. "Anthony Lopes, Léo Dubois, Houssem Aouar, Tino Kadewere et Islam Slimani ne seront pas disponibles demain, a regretté Rudi Garcia, avant de confirmer son désir d’être compétitif sur cette compétition. J'alignerai les onze meilleurs joueurs que j'aurai demain. On peut trouver d'autres solutions par rapport à l'absence de Kadewere".

Et si le technicien affirme sa volonté de ne pas faire tourner, c’est qu’il n’est pas en mesure de pouvoir se le permettre. En pleine stagnation en championnat, l’OL ne peut plus calculer et a besoin de prendre tout ce qu’il est possible de prendre comme confiance, même face au modeste Red Star, un pensionnaire de National 1 (3e division), toutefois tombeur du RC Lens au tour précédent, et qui jouera crânement sa chance à n’en pas douter. Actuellement, le besoin de marquer à nouveau et de s’imposer est plus important que le risque d’abîmer ses joueurs avant les matches de Ligue 1. Au moment d’entamer le sprint final, Lyon se cherche une nouvelle équipe-type, et pourrait la trouver sur la pelouse du Stade Bauer.

"On a tout intérêt à les respecter"

Car ce qui étonne avant tout dans la mauvaise passe actuelle des Lyonnais, outre le contenu produit, c’est le manque de confiance qui touche les joueurs. Le sentiment que Lyon ne joue qu’une mi-temps lors de ses matches est toujours bien présent, et constitue un motif d’amélioration principal avant le match de jeudi. "Ce qui compte sur ce match est notre mental. Il n'est pas bon depuis la semaine dernière et le match face à Lens. On doit se remobiliser", a d’ailleurs déclaré Garcia à ce sujet. Les objectifs sont clairs : retrouver la confiance, et ne plus se laisser submerger par la pression.

Cette fameuse pression, elle sera pourtant sur les épaules des partenaires d’un Rayan Cherki encore une fois attendu, qui auront bien plus à perdre que les joueurs en face d’eux. Il faudra pourtant la gérer, contre un adversaire qui s’annonce déjà bien coriace. "Le Red Star est une équipe solide, athlétique, a concédé Garcia. Nous devrons être présents dans les duels. Ils ont sorti une Ligue 1 au tour précédent. On a tout intérêt à les respecter". Respecter l’adversaire, sans aucun doute, c’est bien. Respecter son club et ses objectifs en coupe comme en championnat, c’est mieux. Sur le papier, Lyon a les ambitions et les moyens de se remettre en selle face à un rival qui est largement à sa portée. Aux Gones de montrer qu’ils n’ont pas, ou du moins plus, les jambes qui tremblent.

Aulas : "On va donner le nom de Gérard Houllier au centre d'entraînement de Lyon"

Ligue 1

Lyon, l'autre mauvaise opération

03/04/2021 À 20:53

Ligue des champions féminine

Le quart de finale retour entre Lyon et le PSG reprogrammé le 18 avril

31/03/2021 À 11:24

Lire la Suite de l'Article