Moto - MotoGP - Les raisons de suivre la saison 2021 MotoGP

Il y a 1 mois 24

Mir peut-il faire le doublé ?

Champion du monde à la surprise générale la saison dernière pour sa deuxième année dans la catégorie reine, Joan Mir remet son titre en jeu cette année. Auteur de sept podiums, dont une victoire (Valence), en 2020, le Majorquin a été celui qui a fait preuve de plus de constance (seulement 2 abandons à Jerez et à Spielberg), la clé dans un championnat où presque tous les pilotes peuvent gagner une course (9 vainqueurs différents en 2020).

Sur une Suzuki - classée comme « la meilleure » du plateau par ses collègues - qui n'a pas bougé (gel des moteurs), l'Espagnol aura une nouvelle fois une arme pour se battre devant. Néanmoins, la GSX-RR manque toujours de puissance, ce qui pénalise l'Espagnol dans ses tours de qualification. Une seule fois en première ligne l'année dernière, Mir aimerait améliorer ce ratio pour éviter de se retrouver obligé de faire l'exploit en partant en milieu de grille à chaque fois. S'il trouve ce petit plus, le pilote de 23 ans sera très difficile à battre.

Quartararo, un Français en pole pour le titre

Vainqueur de trois courses en 2020, ce qui en fait le seul Français de l'histoire à cet étage (en catégorie reine), Fabio Quartararo aborde 2021 avec l'objectif de devenir champion du monde. Leader du classement pendant une grande partie de la saison dernière, le Français a, au fil des semaines et des ennuis mécaniques, perdu le fil de son pilotage, se retrouvant empêtré dans les chutes et les bas-fonds de la feuille de résultats. Finalement huitième, il attaque ce nouvel exercice avec les idées plus claires sur sa façon de gérer son mental, décidant par exemple de consulter un psychologue du sport, comme il l'avait déjà fait il y a quelques années.

La grosse inconnue réside néanmoins dans sa M1. Très irrégulier en 2020, le bolide de Yamaha semble retrouver un peu de couleurs selon ses pilotes, notamment grâce à un châssis qui se rapproche de celui de 2019. Petit plus de motivation, le Niçois aborde cette saison avec les couleurs de la Yamaha Officielle, en remplacement de son idole Valentino Rossi. De quoi le booster pour aller décrocher ce qu'aucun Français n'a jamais réussi : le titre de champion du monde en catégorie reine.

Une densité incroyable

Si vous aimez les paris, les pilotes qui vont suivre ont une bonne carte à jouer. Dans un Championnat de plus en plus ouvert, ils sont nombreux à vouloir, et pouvoir, monter sur la plus haute marche du podium. En tête de ceux-là, Jack Miller. L'Australien, sur une Ducati toujours aussi rapide, a terminé en tête des essais de pré-saison, le plaçant comme prétendant légitime. Capable de grands départs, Miller manque encore d'un instinct de tueur dans les fins de course pour agrémenter son palmarès, qui ne compte qu'une victoire (en MotoGP).

C'est d'ailleurs pour ça que les cotes de Franco Morbidelli (Petronas Yamaha) et Alex Rins (Suzuki) prennent de plus en plus de valeur. Le premier nommé s'est révélé en 2020, remportant trois succès, pour terminer vice-champion du monde, le tout sur une moto 2019. Un désavantage sur le papier qui semble finalement avoir joué en sa faveur puisque le modèle Yamaha de 2019 a surpassé son évolution en fin de saison.

Blessé à l'épaule en début d'année 2020, Alex Rins a fini la saison en trombe, pour terminer troisième du Championnat avec un succès en poche. Jamais aussi fort que les jours de course, l'Espagnol, s'il ne se blesse pas, sera, à coup sûr dans le coup pour jouer devant.

Ensuite, ils sont nombreux à pouvoir s'ajouter à cette liste. Avec huit succès en catégorie reine (dont 1 en 2020), Maverick Viñales (Suzuki) reste un nom obligatoire à citer, même si, l'Espagnol perd souvent sa vitesse une fois qu'il se retrouve dans le peloton. Pol Espargaro, dont le transfert chez Honda semble prendre un bon tournant, pourrait également s'inviter aux débats, sans oublier Miguel Oliveira, victorieux de deux courses en 2020 et nouveau pilote d'usine KTM.

2021, l'année de Zarco ?

Ce n'est peut-être pas l'année ou jamais mais ça s'en rapproche fortement. Revenu de très loin la saison dernière (un podium au guidon d'une Ducati 2019), après avoir stoppé son aventure KTM en 2019, Johann Zarco est à 30 ans, à la croisée des chemins. Comme un poisson dans l'eau dans l'atmosphère italienne de Ducati, il possède une moto officielle chez Pramac, de quoi lui permettre d'exprimer tout son potentiel. Auteur d'un record de vitesse lors des essais (357,6 km/h), il semble dans les meilleures dispositions pour décrocher cette saison sa première victoire en catégorie reine, après avoir déjà beaucoup tourné autour (7 podiums depuis 2017).

KTM attendu au tournant

Les essais de pré-saison ont laissé les KTM loin dans les classements (aucun pilote dans le Top 10). Mais, à la vue de la saison 2020 (3 succès), le constructeur autrichien peut avoir des ambitions avec ses deux pilotes Miguel Oliveira - victorieux de deux GP pour Tech3 et qui est monté d'un cran pour rejoindre le team officiel - et Brad Binder, meilleur rookie 2020 (1 succès). Les deux pilotes, au style très agressif en course, devraient permettre aux Orange d'exister.

Pour Tech3, en revanche, plusieurs questions se posent. Touché par le Covid en 2020, Iker Lecuona, plus jeune du plateau en 2020, n'a pas encore prouvé qu'il pouvait viser mieux qu'un Top 10. En revanche, l'équipe française, devrait pouvoir s'appuyer sur l'expérience de Danilo Petrucci. L'Italien, victorieux de deux GP en carrière (dont 1 en 2020), a quitté Ducati un peu fâché, avec certainement l'idée de monter qu'il peut encore faire de belles choses à 30 ans.

La dernière de Rossi ?

Chaque année, la question revient. Âgé de 42 ans, Valentino Rossi n'a jamais été aussi proche de la retraite (26e saison en Championnat du monde). Redescendu d'un étage en rejoignant Petronas SRT, l'équipe satellite de Yamaha (même s'il conserve une moto d'usine), « le Docteur » ne s'est pas encore décidé sur la suite à donner sur sa carrière. Ce choix déprendra « des résultats » comme il l'a déjà indiqué à de multiples reprises lors des différentes conférences de presse. Avec seulement 1 podium en 2020 (le plus mauvais ratio depuis ses débuts à égalité avec 2011), la star italienne est en perte de vitesse et les premières courses de l'exercice 2021 devraient vite donner un indicateur pour la suite.

Le retour de Marquez

C'est peut-être ce que le monde du MotoGP attend le plus. Blessé au bras droit lors du Grand Prix d'ouverture en 2020 à Jerez, Marc Marquez n'est plus apparu sur une ligne de départ depuis. Opéré à trois reprises de son humérus droit, le sextuple champion du monde MotoGP a connu des moments compliqués, avant de remonter la pente ces dernières semaines.

De retour sur une moto après l'aval des médecins pour de nouveau s'entraîner pleinement sur son bras, l'Espagnol, a néanmoins déclaré forfait pour les deux premiers rendez-vous de l'année au Qatar. Sa prochaine échéance médicale prévue le 12 avril, soit une semaine avant le GP du Portugal, devrait peut-être lui offrir le sésame pour retrouver ses collègues. Ensuite, le Catalan, comme il l'a avoué dans des vidéos de son équipe Repsol Honda aura besoin d'un peu de temps pour redevenir le « vrai Marc ». Mais rien que revoir le 93 en piste, sera une belle nouvelle.

publié le 26 mars 2021 à 12h07 mis à jour le 26 mars 2021 à 13h51

Lire la Suite de l'Article